Né au pays de la fleur de sel, ce Guérandais qui passait ses vacances au bord de la mer, entre la Loire et la Vilaine s’est intéressé très jeune à la musique et à la poésie. A l’âge de treize ans, dans le bureau de tabac qui fait office de librairie de la petite commune où il habitait, il passait commande des disques de Léo Ferré, Brassens, Ferrat, Brel…

Bernard Lomé apprend le solfège, le violon, la guitare et rejoint   à quinze ans - en tant que chanteur-guitariste- le groupe des « Lobsters » formation de jeunes musiciens, sans autre prétention que celle de divertir les jeunes gens dans les bals de Bretagne, de Vendée, n’hésitant pas à mélanger les genres en proposant déjà à l’époque, des morceaux des Doors, des Rolling Stones, Clapton, Uriah Heep, des Kinks et mêmes des chansons de François Béranger et de Léo Ferré, ses mentors.

Amoureux des mots et des lettres, Bernard Lomé chante depuis longtemps, seul avec sa guitare ou avec quelques amis musiciens, les grands noms de la chanson française - Léo Ferré, Henri Tachan, François Béranger, Jacques Debronckart, Georges Brassens, Guy Béart, Pierre Perret, Jacques Brel, Michel Corringe, Jean Ferrat, Luc Romann, Gilles Servat - mais aussi ses propres chansons. Il a assuré diverses premières parties (Yvan Dautin, Gilles Servat, Francesca Solleville, Claude Luther, Graeme Allright, Catherine Lara) et enregistré quatre albums - Marie reviens (Editions Manabelle), Chat ou souris, Contrefaçon, La Taverne du Chanteur (Editions du Roseau Bleu).

Il n’a jamais rêvé d’être en haut de l’affiche. Il poursuit sa passion musicale et créative loin des hit-parades. Il aime passer son temps à écrire des chansons, à terminer l’écriture un roman qu’il a commencé il y a un an, et à chanter devant un public qui l’écoute. Artiste authentique et rêveur patenté, avec la mer en toile de fond et ses voyages dans la tête, Bernard Lomé écume les petits lieux, cabarets et pubs parisiens où il a ses habitudes, mais aussi les bars à pêcheurs et fêtes populaires de l’Ouest de l’Hexagone (Bretagne, Loire Atlantique, Vendée), privilégiant les scènes de proximité et le contact humain.

2019 marque son retour discographique avec Les mots de la mer (parution juin 2019), un nouvel album de 14 chansons dont il signe paroles et musiques (sauf C’était un joli soir à Paris créée par Jean-Louis Winkopp).

Une douzaine d’amis musiciens - dont Jack Ada (direction musicale, arrangements, guitare et percussions), Christophe Nègre (sax et flûte), Noureddine Aliane (mandoline et oud) - et Zora (du groupe Djurjura, pour un duo chanté) ont participé à cet album,  réalisé par Jean Humenry et enregistré au studio The Music Booth à Crépy-en-Valois et à New-York.

"Élégance, tendresse, enjouement
irrésistible d’une voix au service
d’une musique qui touche au cœur."

                                                  - Pedro Ibanez

© Bernard Lomé 2019

  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube